NIKI DE SAINT PHALLE (1930-2002) ET JEAN TINGUELY (1925-1991)

Lot 118
150 000 - 200 000 €
Résultat: 176 540 €

NIKI DE SAINT PHALLE (1930-2002) ET JEAN TINGUELY (1925-1991)

Adam et Eve ou Le champignon magique, 1989
Sculpture en polyester, fer et miroir.
Piéce unique.
H_ 300 cm L_ 210 cm P_ 170 cm

Provenance: collection privée.

Exposition: Niki de Saint Phalle, Vicky David Gallery, New York, 2012

«Jean me faisait les structures métalliques qui ressemblaient exactement à mes maquettes sans utiliser d'instruments de mesure.
Il avait l'oeil «Moyen Age» et pouvait juger l'espace à l'oeil nu. C'était un travail de titan. Jean et les autres Suisses se mettaient donc à la disposition de mon travail avec acharnement et générosité. Ils travaillaient avec un énorme enthousiasme.
Il y avait aussi un combat artistique joyeux entre Jean et moi. Il admirait mes idées folles, aimait m'aider à les réaliser et après, lui-même était stimulé à faire plus grand. On aimait s'épater mutuellement et ceci dura toute notre vie».
Cette oeuvre met en lumière la collaboration artistique de Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely.
Les miroirs brisés puis réassemblés et collés reflètent le monde qui entoure l'oeuvre au travers d'un prisme lumineux déformant, nous transposant dans un univers onirique.
Sous les miroirs se dessine une «Nana-Eve» agenouillée et les bras enchainés. Elle surgit du sol, symbole de femme-nature et de vie. Autour d'elle s'entrelacent les feuillages. Nous retrouvons ici, la double entité de l'artiste qui est transfigurée par la dualité de vie et de mort par cette «Nana-Eve» symbolisant la vie mais enchainée et figée. Derrière l'arbre se tient «Adam», agenouillé, s'emmêle autour de lui l'Arbre, quasi caché pour mieux voir se dresse au yeux du spectateur, le symbole de la masculinité.
Niki avait pour habitude de passer commande à Tinguely de socle-sculpture. Ici, au sommet se détache une structuremachine exécutée par Jean Tinguely, la Nana-Eve et Adam portent la sculpture, leurs bras ne forment plus qu'un comme pour porter le poids du monde.
Il existe une harmonie indicible dans leur oeuvre, une poésie empreinte de leur dualité et de leur art.

«À cet égard, Hagi Kenaan rappelle avec finesse que lorsque les yeux d'Adam et d'Ève se dessillent après avoir mangé le fruit propre à l'arbre de la connaissance du bien et du mal, ce qu'ils voient - leurs corps, leurs visages - les met face à face avec une nudité qui fait peur. Celle-ci, en effet, n'annonce pas la beauté ou le bien, mais la désorientation, la fragilité et l'absence d'assises dans l'être.
Or, précisément, celui pour qui l'éthique est une optique perçoit également cette vulnérabilité qui angoisse les hommes, mais il la perçoit comme un appel à une conversion du regard: non plus regard désespéré sur soi et sur autrui, mais incitation à la responsabilité pour cette vulnérabilité». Catherine Chalier, préface de Visage(s) Une autre éthique du regard après Levinas.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
PARIS
Pierre Bergé & Associés
92, avenue d'Iéna
75116 PARIS
T. +33 (0)1 49 49 90 00
F. +33 (0)1 49 49 90 01

BRUXELLES
Pierre Bergé & Associés
Avenue du Général de Gaulle 47
1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 504 80 30
F. +32 (0)2 513 21 65