ROBERT COMBAS (NÉ EN 1957)

Lot 46
10 000 - 15 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 44 200 €

ROBERT COMBAS (NÉ EN 1957)

Personnage
Huile sur toile.
Signée à droite.
Oil on canvas.
Signed right side.
H_164 cm L_64 cm

Provenance:
- vente Me Digard, 13 mars 1994, lot n°190
- acquis dans cette vente par l'actuel propriétaire
- collection privée

ROBERT COMBAS
Petite Autobiographie, 1982 «J'ai toujours peint et dessiné et je suis allé aux Beaux Arts à 9 ans. Mon travail vient plutôt des «gribouillis» de l'école que du travail aux Beaux-Arts. J'étais un élève plutôt moyen. Besoin de peindre. Ce sont des hommes qui m'ont amené à peindre. Difficile de citer des noms, je crois qu'on le voit dans ma peinture des fois. En gros, j'essaie d'être un expressionniste des années 80.» «Je suis d'une famille de 6 enfants, mon père était ouvrier, et ma mère faisait des ménages. Je suis allé au lycée jusqu'à 17 ans, puis je suis rentré aux Beaux Arts de Sète pendant un an, puis ensuite aux Beaux Arts de Montpellier où j'ai passé cinq ans, j'y suis resté jusqu'au diplôme. C'est pendant les trois dernières années que j'ai commencé mes premiers travaux qui allaient devenir ce qu'on a appelé plus tard «la figuration libre». Les professeurs me contrôlaient assez souvent mais j'étais libre, je faisais ce qui me plaisait. La première toile que j'ai faite je l'ai changée plusieurs fois, je repeignais dessus sans arrêt, puis je l'ai séparée en 4 parties, puis en 3, je les ai découpées j'en ai brûlé une. C'est après cette toile que j'ai commencé à faire des toiles très libres, très colorées, assez violentes et avec beaucoup de personnages qui étaient souvent en train de se battre ou de se faire des farces, je faisais de l'humour noir. Je faisais beaucoup de batailles car petit, je gribouillais sur les tables de l'école des graffitis sur les cahiers. Mes premières toiles étaient «Bataille de cow-boys contre indiens», «Japonais contre américains», «Bataille navale»...
J'ai toujours voulu faire quelque chose de complètement nouveau, j'ai toujours eu le besoin de me démarquer par rapport aux autres, je pense être un «dandy».
J'ai donc passé mon diplôme de peinture à St-Etienne devant un jury, dans ce jury il y avait Bernard Ceysson directeur du musée de St-Etienne, mon travail lui a beaucoup plu et il m'a proposé de participer à une exposition au musée «Après le Classicisme». Quand j'ai demandé pourquoi il me proposait cette exposition, il m'a répondu qu'en France il n'y avait encore personne qui faisait ce genre de peinture et que ma peinture se rapprochait beaucoup dans l'idée de la «Trans avant-garde» italienne et des «Nouveaux Fauves» allemands, tout en ayant rien à voir avec eux. J'ai fait cette exposition, j'y ai rencontré Bruno Bischofberger, Daniel Templon et d'autres gens qui ont regardé avec intérêt mes toiles, ils m'ont acheté quelques pièces. Je suis donc monté à Paris habiter chez Di Rosa et Louis Jammes.
J'ai toujours pensé que mon travail devait marcher, je l'ai fermement défendu et c'est pourquoi ça a marché.
Moi, j'essaie vraiment de faire du nouveau, j'essaie de sortir de moi même et de ne pas m'occuper de la ressemblance avec quelqu'un. J'essaie d'être le plus honnête possible, et dans l'art on pensait qu'il était impossible de faire quelque chose qu'on ne puisse pas expliquer.
Aux Beaux Arts c'était comme ça, moi j'ai voulu prouver le contraire. J'étais bloqué depuis la maternelle, à 20 ans je me suis débloqué par un travail de masse, je suis arrivé au diplôme, j'avais rien d'intellectuel mais j'avais un travail énorme.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
PARIS
Pierre Bergé & Associés
92, avenue d'Iéna
75116 PARIS
T. +33 (0)1 49 49 90 00
F. +33 (0)1 49 49 90 01

BRUXELLES
Pierre Bergé & Associés
Avenue du Général de Gaulle 47
1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 504 80 30
F. +32 (0)2 513 21 65