CARL ANDRÉ (NÉ EN 1935)

Lot 42
70 000 - 100 000 €

CARL ANDRÉ (NÉ EN 1935)

Goliath, 1986
Tube en fonte d'acier.
13 demi-cercles horizontaux, ligne ondulée, mis bout à bout.
Cast iron-filled steel tube.
13 semi-circles in horizontal, undulating line, end-to-end.
H_3,5 cm L_170 cm P_20 cm (3,5 x 10 x 16 cm chaque élément)

Provenance:
- acquis directement auprès de l'artiste en 1986
- restée dans la même collection depuis
- collection privée

Bibliographie:
Catalogue Carl Andre - Stedelijk Van Abbemusueum Eindhoven
Repr. p.166 - Nr 16 - GOLIATH
Un certificat d'authenticité de l'artiste sera remis à l'acquéreur.

"My art springs from my desire to have things in the world which would otherwise never be there"

This unique work finds its origin in Brussels about 1986. During a walk Carl Andre was fascinated by a boy named David who is interest in contemporary art and decided to offer him an artwork.
The artist composed the sculpture on the spot out of found pieces of half-circle formed steel tubes which were found after a long walk around Brussels.
These were found around the site of the Basilica of the Sacred Heart (Koekelberg/ Belgium). The works was titled "GOLIATH", which was a reference to the David & Goliath story as the boy's name was David. By reading the story as an allegory, it becomes a universal story, in which almost everyone can identify. Every person has to fight with a Goliath in his or her life, whether this is a disease, a person or a system.

CARL ANDRÉ
Sculpteur américain, Carl André est l'un des protagoniste du ‘Minimal Art', art qui s'est développé aux États-Unis dès le milieu des années soixante. Suivant les termes de ce mouvement, qui désignent l'utilisation mesurée et rigoureuse de structures géométriques simples et l'utilisation de couleurs primaires, le travail de Carl André attire l'attention sur la façon de percevoir les oeuvres, les matériaux qui les composent et l'espace qu'elles créent.
Cette recherche distingue la démarche de l'artiste qui concentre son activité à l'oeuvre elle-même dans son objectivité, et non plus au geste artistique comme expression d'une individualité. Réduisant les moyens pour obtenir un maximum d'effets, les artistes minimalistes éliminent tout ce qui pourrait servir de critère signalant qu'une production est artistique afin d'inciter à repenser à ce qui fait qu'une oeuvre d'art est art.
Carl André commence par étudier la peinture (1951-1953) alors que la préhéminence de l'expressionnisme abstrait envahit la scène américaine. Lors d'un voyage en Europe en 1954 il est fortement impressionné par le site mégalithique anglais de Stonhenge. Durant les années 1957-1958, Carl André partage l'atelier du peintre Frank Stella, mais abandonne la peinture pour la sculpture dès 1959. Imitant la «Colonne sans fin» de Brancusi, dont il a découvert le travail en 1957, il s'aperçoit avec «Pyramids» qu'il préfère le matériau authentique, utilisé sans intervention, en se soumettant à lui. Au lieu de découper le matériau, c'est le matériau qui découpe l'espace.
Carl André réalise cette année-là ses premières oeuvres minimales: des modules de bois brut, aux formes géométriques simples, modules qui peuvent être assemblés selon différentes combinaisons.
On cite fréquemment son activité dans les chemins de fer (de 1959 à 1964) pour expliquer sa prise de conscience de l'importance de l'horizontalité qu'il cherchera à substituer à la verticalité traditionnelle de la sculpture. D'aucuns attribuent également à cette expérience de travail dans les chemins de fer, où Carl André devait notamment aligner des containers, l'origine de l'usage qu'il fera des unités modulaires simplement juxtaposées en une stricte obéissance à la loi de la gravité.
De retour à New York, en 1964, Carl André realise, sur la proposition d'un critique d'art, une seconde version de «Pyramids» qu'il appelle cette fois «Cedar Piece». Cette oeuvre marque l'entrée du travail de Carl André sur la scène de la sculpture contemporaine. Dès 1965, il axe sa réflexion sur la notion de sculpture détachée de toute référence à l'architecture. Lors de sa première exposition personnelle cette même année, Carl André présente trois structures, assemblages de longues poutres qui capturent l'espace. Il participe en 1966 à la manifestation fondatrice du ‘Minimal Art', «Primary Structure» où il est le seul à concevoir une oeuvre spécifiquement pour l'espace qu'elle occupe et qui rompt radicalement avec la verticalité. Accordant une importance primordiale à l'horizontalité, il réalise en 1967, pour la première fois dans l'histoire de l'art, une sculpture plane composée de plaques de métal, carrées, juxtaposées, posées sur le sol. Pour Carl Andre, la sculpture idéale serait une route.
Son vocabulaire artistique est désormais établi et ne connaîtra guère de changements par la suite. Les éléments fondateurs de son oeuvre peuvent se résumer à ces trois mots: forme, structure, lieu.
Carl André propose une expérience réelle, physique, au visiteur, l'expérience de la perception de l'oeuvre, de ses éléments, de son matériau, de son espace, et l'expérience de son propre déplacement.
Hélène Cagnard
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
PARIS
Pierre Bergé & Associés
92, avenue d'Iéna
75116 PARIS
T. +33 (0)1 49 49 90 00
F. +33 (0)1 49 49 90 01

BRUXELLES
Pierre Bergé & Associés
Avenue du Général de Gaulle 47
1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 504 80 30
F. +32 (0)2 513 21 65