PAUL SÉRUSIER (1863-1927)

Lot 1
60 000 - 90 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 94 900 €

PAUL SÉRUSIER (1863-1927)

Les porteuses d'eau, Les Libations, 1911-1912
Huile sur carton.
Oil on board.
H_105 cm L_74 cm

Provenance:
- Hôtel Drouot, vente Audap, Godeau, Solanet, 2 juin 1993, n°164
- acquis dans cette vente par la mère des actuels propriétaires
- restée dans la famille depuis
- collection privée

Un certificat d'authenticité de Marcel Guicheteau datant du 3 février 1993 sera remis à l'acquéreur.
Cette oeuvre est probablement une étude de l'oeuvre reproduite sous le n°295 du catalogue Raisonné tome I

PAUL SÉRUSIER
En 1888, il se rend à Pont-Aven: Paul Gauguin le convertit à la peinture «symboliste et synthétiste» et lui fait exécuter sous sa direction le Talisman, petit paysage peint au bois d'Amour sur le couvercle d'une boîte à cigares: «Comment voyez-vous cet arbre: il est bien vert ? Mettez donc du vert, le plus beau vert de votre palette; et cette ombre, plutôt bleue ? Ne craignez pas de la peindre aussi bleue que possible.»
Paul Sérusier revient à Pont-Aven au cours de l'été 1889, puis il constitue, avec Pierre Bonnard, Maurice Denis, Henri-Gabriel Ibels et Paul-Elie Ranson le groupe des Nabis (nabi signifie prophète en hébreu). Ce groupe a des préoccupations spiritualistes. Il s'intéresse à l'orphisme (doctrine de la Grèce antique fondée sur le mythe d'Orphée) ou à la théosophie (syncrétisme religieux selon lequel toutes les religions recèlent une part de vérité).
Le groupe des Nabis sera rejoint ensuite par d'autres artistes comme Édouard Vuillard.
Les Nabis cherchent surtout à se libérer du réalisme et de l'impressionnisme. Ils valorisent l'intériorité: ainsi selon
Paul Sérusier «L'art est un moyen de communiquer entre les âmes». Les nabis utilisent dans leurs tableaux de grands aplats de couleurs pures et négligent totalement la perspective. Dans leurs paysages, la ligne d'horizon est située très haut, laissant presque toute la surface du tableau disponible pour la végétation, les constructions ou les personnages.
«Esprit cultivé, raisonneur, à la fois logique et paradoxal», comme le décrit Maurice Denis, il constitue une doctrine à partir des idées de Paul Gauguin, avec lequel il garde le contact au Pouldu en 1889-1890. L'influence de ce dernier est alors très présente dans son oeuvre.
Dans les années 1890, Paul Sérusier s'installe chaque été en Bretagne, d'abord au Huelgoat, puis à Châteauneufdu-Faou avec l'actrice polonaise Gabriella Zapolska. Il passe ses hivers à Paris où il expose régulièrement, en particulier aux expositions Impressionnistes et Symbolistes.
En 1895, il visite le monastère bénédictin de Beuron dans le Bade-Wurtemberg, en Allemagne, à l'invitation de Jan Verkade un peintre symboliste néerlandais qui gravitait dans l'orbite des Nabis à Paris au début des années 1890. Sérusier fera ensuite plusieurs séjours à Beuron car la doctrine artistique des moines l'attire.
Le père Désiderius prétend ainsi qu'il existe des «saintes mesures» permettant de choisir les proportions géométriques idéales. Le terrain de la peinture symboliste étant favorable séduit Sérusier. Jusqu'à 1907, il fera de fréquents séjours à Beuron.
En 1902, il est confronté à une dépression profonde. A partir de 1908, il commence à enseigner la théorie de l'art à l'académie Ranson, à Paris. Cette académie est une école, fondée par le peintre nabi Paul-Elie Ranson qui fonctionnera jusqu'à 1955. L'une des élèves de Paul Sérusier, Marguerite-Gabrielle Claude, devient son épouse en 1912. Le couple part en voyage de noces à Florence.
A partir de 1917, le peintre vit principalement à Châteauneuf-du-Faou avec son épouse. Il ne conserve qu'un pied-à-terre à Paris. En 1921, il publie un ABC de la peinture, court traité théorique sur le dessin et la peinture.

Pour Paul Sérusier «trop de couleurs nuit à l'ensemble. Trois ou quatre teintes bien choisies, cela suffit, et cela est expressif; les autres couleurs ne font qu'affaiblir l'effet».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
PARIS
Pierre Bergé & Associés
92, avenue d'Iéna
75116 PARIS
T. +33 (0)1 49 49 90 00
F. +33 (0)1 49 49 90 01

BRUXELLES
Pierre Bergé & Associés
Avenue du Général de Gaulle 47
1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 504 80 30
F. +32 (0)2 513 21 65