[École Normale d'Instituteurs d'Alger-Bouzaréah]

Lot 188
1 500 - 2 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 3 478 €

[École Normale d'Instituteurs d'Alger-Bouzaréah]

Voyage dans la grande Kabylie. 1898-99. Manuscrit in-folio de 166 ff.

rédigés recto-verso illustrés de 86 photos originales; demi-toile verte (reliure de l' époque).

L'École Normale d'Instituteurs d'Alger Bouzaréah fut créée par décret impérial en mars 1865. Et pendant près de cent ans, elle fournit la majorité des enseignants du primaire en Algérie.

Dans le cadre de leur formation, les apprentis enseignants devaient entreprendre chaque année un voyage d'étude en Kabylie afin de mieux connaître leur futur environnement de travail. Ce voyage durait environ une dizaine de jours en mai.

«A leur retour à la section (...), les sectionnaires sont chargés de présenter, dans un compte-rendu, l'ensemble de leurs impressions sur la tournée qu' ils viennent d'exécuter.»

Ce recueil manuscrit donne le compte-rendu de la quinzaine d'élève de la promotion 1898-99 dont chacun s'étend sur cinq à dix pages et est agrémenté de vues photographiques prises par les voyageurs (paysages, populations, excursions...etc).

Le recueil débute par un Avant-Propos qui présente les objectifs du voyage, son organisation et son déroulement - jusqu'à l'ordre de marche à dos de mulet: «M. Le Directeur de l'Ecole normale prend la tête de la colonie et ne permet à personne de le dépasser».

Viennent ensuite les comptes-rendus signés de chaque sectionnaire.

On y apprend le nom de Monsieur Redon, directeur de la promotion, de celui de Monsieur Bernard, Directeur de l'Ecole Normale et rédacteur de l'Avant-Propos, et de Si Saïd, le professeur de kabyle.

Les futurs instituteurs y décrivent avec plus ou moins de détails les paysages qu'ils traversent, le mode de vie kabyle, l'agriculture et les visites faites dans les écoles où bientôt ils enseigneront. L'un décrit les petits kabyles comme «des élèves à la mine éveillée, assez propres, ayant l'air content de venir à l' école».

L'excitation liée au départ est unanime: «Et maintenant, songeurs, attentifs, nous roulons vers l' inconnu, curieux, avides de connaître et de voir du nouveau.» Mais le sens critique que chacun exprime donne des visions parfois très divergentes sur la colonisation. Emile Louast pense lui que: «Le Kabyle est très misérable et atténuer cette affreuse misère doit être pour la France son seul programme de colonisation (...) Le Kabyle a l'amour des institutions républicaines. Il semble connaître aussi bien que nous la devise républicaine: liberté, égalité, fraternité.» De son côté, Dupont juge que: «La constitution kabyle était essentiellement démocratique et nous avons peut être commis une faute en la désorganisant.»

Des photographies, souvent jaunies, illustrent fidèlement les comptes-rendus. Tandis que certaines manquent (8), d'autres sont reprises plusieurs fois. Un déjeuner, un village kabyle perché sur une crête, Fort-National, marche à dos de mulet, le groupe posant avec les élèves d'une école et leurs instituteurs, intérieur de la grotte de Tiroual, une invasion de sauterelles, la colonne d'Ichriden en l'honneur des français morts en 1857-71.

Précieux document qui témoigne de la vision pendant la IIIème République de la Kabylie où les futurs enseignants vont devoir exercer leur métier, dans des conditions inattendues et souvent difficiles.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
PARIS
Pierre Bergé & Associés
92, avenue d'Iéna
75116 PARIS
T. +33 (0)1 49 49 90 00
F. +33 (0)1 49 49 90 01

BRUXELLES
Pierre Bergé & Associés
Avenue du Général de Gaulle 47
1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 504 80 30
F. +32 (0)2 513 21 65